Patrimoine mondial

Selon l’UNESCO, « le patrimoine est l’héritage du passé dont nous profitons aujourd’hui et que nous transmettons aux générations à venir. »

L’UNESCO encourage l’identification, la protection et la préservation du patrimoine culturel et naturel à travers le monde, considéré comme ayant une valeur exceptionnelle pour l’humanité. Ces missions font l’objet d’un traité international intitulé Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel adopté en 1972.

La mission de l'UNESCO en faveur du patrimoine mondial consiste à encourager les pays à signer cette convention et à proposer sur leur territoire des sites pour inscription sur la liste du patrimoine mondial. Les Etats sont également invités à élaborer des plans de gestion et à rapporter régulièrement sur l’état de conservation de leurs sites. Pour permettre aux Etats de sauvegarder leurs sites inscrits comme patrimoine mondial, l’UNESCO leur fournit assistance technique et formations personnelles. En cas de danger immédiat, l’Organisation fournit une assistance d’urgence, comme elle soutient les activités initiées par les Etats pour sensibiliser les populations locales à la préservation de leur patrimoine culturel et naturel. La coopération internationale dans le domaine du patrimoine culturel et naturel est fortement encouragée.

Ville de Luxembourg : vieux quartiers et fortifications

Le 17 décembre 1994, les vieux quartiers et les fortifications de la ville de Luxembourg furent reconnus par l’UNESCO comme patrimoine mondial de l’humanité.  En effet, selon l’UNESCO « du fait de sa position stratégique, la forteresse de Luxembourg a été depuis le XVIe siècle jusqu'en 1867, date de son démantèlement, l'un des plus importants sites fortifiés d'Europe. Renforcées à plusieurs reprises lors des passations d'un grand pouvoir européen à un autre (les empereurs du Saint Empire, la maison de Bourgogne, les Habsbourg, les rois d'Espagne et de France et finalement les Prussiens), ses fortifications ont été un résumé d'architecture militaire s'étendant sur plusieurs siècles».

En vertu du Traité de Londres du 11 mai 1867, signé par toutes les grandes puissances européennes, les fortifications ont dû être démantelées. 10 % de ce qui fut connu jadis comme « Gibraltar du Nord » peuvent être visités aujourd’hui. Le visiteur de nos jours est particulièrement attiré par les Casemates, des couloirs souterrains d’une longueur de 17 km creusés dans le roc ou bâtis sous terre.

Dernière mise à jour