Patrimoine immatériel

Le patrimoine culturel immatériel comprend les traditions ou les expressions vivantes héritées de nos ancêtres et transmises à nos descendants. Parmi ce patrimoine figurent les traditions orales, les arts du spectacle, les pratiques sociales, rituels et événements festifs, les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers ou les connaissances et le savoir-faire de l’artisanat traditionnel. Le patrimoine culturel immatériel ne peut être patrimoine que lorsqu’il est reconnu comme tel par les communautés, groupes et individus qui le créent, l’entretiennent et le transmettent.

Le patrimoine culturel immatériel est à la fois traditionnel, contemporain et vivant, comme il comprend aussi des pratiques rurales et urbaines de nos jours. Il se développe à partir de son enracinement dans les communautés et dépend de ceux dont la connaissance des traditions, des savoir-faire et des coutumes transmis de génération en génération ou à d’autres communautés.

Bien que fragile, le patrimoine culturel immatériel est un facteur important du maintien de la diversité culturelle face à la mondialisation croissante. Avoir une idée du patrimoine culturel immatériel de différentes communautés est indispensable au dialogue interculturel et encourage le respect d’autres modes de vie.

La procession dansante d’Echternach

La procession dansante d’Echternach a lieu tous les ans le mardi de Pentecôte en hommage au  moine irlandais Willibrord (658-739), fondateur de l’Abbaye d’Echternach. L’origine de ce cortège dansant qui remonte pour certains au Moyen-Âge n’est pas claire. Selon la légende, Guy (en allemand Veit), condamné à mort, demande à jouer une mélodie sur son violon avant d’être pendu. Sa mélodie est si envoutante que le public commence à danser sans pouvoir s’arrêter et même jusqu’à s’enfoncer dans le sol. Le violoniste réussit à s’échapper et ce n’est que grâce à Willibrord que le sort a pu être brisé. Ainsi, Willibrord est bientôt vénéré comme guérisseur de la maladie nerveuse dite « maladie de Saint Guy ».

Les pèlerins s’alignent en rang de 5 ou 6 personnes et, liés par des mouchoirs pliés en triangle,  avancent en sautillant, au rythme des fanfares qui jouent la mélodie populaire de « Adam avait sept fils ». La procession les conduit à travers les ruelles d’Echternach jusque devant la tombe de Willibrord dans la crypte de la basilique. Chaque année, cette tradition attire des milliers de pèlerins et de spectateurs.

Le 16 novembre 2010, le Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO a décidé à l’unanimité d’inscrire la procession dansante d’Echternach sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité.

Dernière mise à jour